ACCORDER DE LA VALEURS À SES BESOINS

Prendre en compte de ses besoins

Je veux changer de carrière, J’ai besoin d’un nouvel ami, Je suis prêt à vivre de nouvelles relations.

Nous prenons régulièrement connaissance de nouveaux besoins. Il est peut être nécessaire de modifier notre comportement avec nos enfants. Il se peut que nous ayons besoin d’un nouveau divan, d’amour et de nourriture spirituelle, d’argent ou d’aide.

Il ne faut pas avoir peur de reconnaître une lacune ou un besoin. La naissance d’une lacune ou d’un besoin, la frustration temporaire liée à la reconnaissance d’un besoin avant qu’il soit comblé, voilà le début du cycle qui nous permettras de recevoir ce dont nous avons besoin. Nous y arrivons en lâchant prise, puis en recevant ce qui nous est nécessaire. L’identification de nos besoins constitue une préparation pour les bonnes chose qui nous attendent.

Reconnaître nos besoins signifie que nous sommes préparés et attirés par ce que nous trouverons. (loi de l’attraction) Nous pouvons croire que notre place est là, au milieu.

Combler ses besoins

Lorsque nous étions enfants, nos jouets et nos vêtements favoris finissaient par ne plus nous faire parce que nous avions grandi. Devenus adultes, il arrive aussi que certaines choses finissent par ne plus nous convenir, qu’il s’agisse de personnes, d’emplois, de logements. Cela peut provoquer de la confusion. Nous nous demandons peut-être pourquoi quelqu’un ou quelque chose qui était si spécial et si important pour nous l’an dernier ne convient plus aussi bien à notre vie actuelle. Nous nous demandons peut-être pourquoi nos sentiments ont changé.
 
Enfants, il se peut que nous ayons essayé de mettre des vêtements qui étaient devenu trop petit pour notre corps. Aujourd’hui devenus adultes, il se peut que nous nous efforcions de conserver des attitudes qui ne nous conviennent plus. Il se peut que nous ayons besoin de faire cela pour nous donner le temps de voir la vérité.
 
Ce qui nous convenait l’an dernier, ce qui était tellement important et spécial dans le passé ne nous convient plusmparce que nous avons changé. Nous avons à nouveau grandi.
 
Nous pouvons accepter cela commune partie valable et importante de notre transition. Nous pouvons accepter de vivre cette expérience et cette peine, lorsque nous faisons des efforts pour que quelque chose nous convienne, lorsque nous essayons de voir si vraiment elle ne nous fait plus et pourquoi. Nous pouvons prendre conscience des sentiments et de nos pensées à propos de ce qui se passe.
 
Puis nous pouvons remettre les jouets de de l’an dernier de côté et faire de la place pour les nouveaux.
 
ET POUR AUJOURD’HUI laisse les jouets de l’an dernier être ce qu’ils sont , c’est-à-dire des jouets de l’an dernier. Souviens-toi avec affection du rôle qu’ils ont joué dans ta vie. Puis, places-les de côté et faite la place pour les nouveaux.

Nous n’avons pas à attendre que les autres viennent à notre rescousse. Nous ne sommes pas des victimes. Nous ne sommes pas impuissantes.

Renoncer aux fausses croyances

Renoncer aux fausses croyances, c’est se rendre compte qu’il n’y a pas de princes charmants, pas de fées magiciennes dans l’espace qui veille sur nous, prêts à voler à notre secours.

Il se peut que des maîtres viennent à notre rencontre, mais pas pour nous secourir, pour nous enseigner. Nous connaîtrons des gens bienveillants, mais eux non plus ne pourront nous sauver, même s’ils tiennent à nous. Nous aurons de l’aide, mais aider ce n’est pas secourir. Notre sauveur n’est nul autre que nous-mêmes. Nos rapports avec les autres s’amélioreront grandement lorsque nous cesserons d’aller à leur secours et de nous attendre à ce qu’ils en fassent autant pour nous.

 » Cesse de douter de toi-même et d’avoir peur, car cela t’empêche d’agir avec une assurance qui serait tout à ton avantage. Tu peux prendre soin de toi et laisser les autres en faire tout autant.

Lorsque nous ne demandons pas ce que nous voulons et ce dont nous avons besoin, nous ne tenons pas compte de nous-mêmes. Nous méritons mieux.

Certains nous ont peut-être enseigné qu’il n’était pas approprié de réclamer des choses pour nous mêmes. La vérité, est que si nous ne le faisons pas, nos désirs et nos besoins insatisfaits peuvent revenir un jour hanté nos relations. Nous risquons finalement de nous sentir pleins de colère ou de rancune, de nous mettre à punir quelqu’un de ne pas avoir deviné ce dont nous avions besoin. Nous risquons de mettre fin à une relation parce qu’elle ne comble pas nos besoins.

Il ne peut y avoir de relation intime et étroite entre deux personnes que si elles peuvent se dire ce qu’elles désirent et ce dont elles ont besoin. C’est ce qu’exige une intimité constante. Parfois, il nous faut même exiger ce que nous voulons. Cela se nomme fixer une limite. Nous ne le faisons pas pour contrôler l’autre personne, mais pour réussir à contrôler notre vie.

Notre propre attitude à l’égard de nos besoins est importante elle aussi. Nous devons leurs accorder de la valeur et les prendre au sérieux si nous voulons que les autres nous prennent au sérieux. Quand nous commencerons à accorder de la valeur et de l’importance à nos besoins, il se produiras un changement remarquable. Nos désirs et nos besoins commenceront à être satisfaits.

Respecte tes désirs et tes besoins ainsi que ceux des autres. Dis ce que tu veux et ce dont tu as besoin. Puis écoute les autres te dire ce qu’ils veulent et ce dont ils ont besoins, eux aussi !

SAVOIR SE DORLOTER

Se dorloter n’est ni une bêtise ni un caprice : c’est notre façon de se montrer que nous nous aimons. C’est une relation avec nous-même qui fonctionne, de façon à pouvoir avoir avec les autres des relations aimantes qui fonctionnent.

Lorsque nous avons mal, nous nous demandons ce qu’il nous faut pour nous sentir mieux. Lorsque nous nous sentons seuls, nous allons vers quelqu’un de sûr. Nous permettons à cette personne d’être en présente pour nous sans nous sentir un fardeau pour elle.

Nous nous reposons lorsque nous sommes fatigués ; nous mangeons quand nous avons faim; nus avons du plaisir ou nous nous détendons quand nous avons besoin de nous remonter le moral. Se dorloter, c’est savoir se faire des cadeaux; une visite au salon de coiffure, un massage, l’achat d’un livre, prendre un long bain chaud, une sucrerie, une chose ou un moment qui nous fais se sentir bien.

Nous apprenons à faire preuve de douceur envers nous-même et à nous ouvrir aux petits soins que les autres peuvent nous offrir. Nous apprenons à nous donner ce dont nous avons besoin avec douceur, avec amour et avec compassion. Nous le faisons en sachant que cela n’ouvrira pas la porte à la paresse, au caprice, à l’egocentrisme ou au narcissisme. Les personnes qui se dorlotent sont efficaces au travail et dans leurs relations personnelles.

Nous apprenons si bien à sentir que nous nous aimons que nous pourrons aimer les autres et les laisser nous aimer.

RÉSERVER UNE SÉANCE HYPNOSE ET PNL ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier