LE YOGA POUR LIBÉRER LES PEURS

ON JOUE À SE FAIRE PEUR

La pire des peurs s’exprime par ces mots ; » J’ai peur d’avoir peur ». Or l’anxiété correspond la plupart du temps à la peur de ne pas avoir les ressources nécessaires pour faire face à une situation. Le plus ennuyeux est que plus les peurs sont grandes, plus elles sont justifiées en raison d’un procédé inconscient bien fréquemment employé: comme il est encore plus insoutenable de vivre dans une peur constante que de réagir à un évènement, même désagréable, nous faisons notre possible pour que cet évènement ait lieu, qui confirmera la cause de la peur et par sa présence paradoxalement la supprimera. Puisque ce qui était tant redouté est enfin là, la peur aura disparu ! Une autre possibilité semble avoir été » oublié », occultée : la création d’occasions ou la mise en œuvre de moyens pouvant démontrer que les craintes étaient infondées..

Ces peurs sont très souvent reliées à une croyance sur soi : » je ne serai jamais capable de supporter ceci ou cela », » je ne pourrai jamais faire face à ce genre de situation »,etc. Situation vécu et revécue en imagination, comme un mauvais film que l’on se repasse sans arrêt pour, comme disent les enfants, » jouer à se faire peur ».

TES FAÇONS DE TE FAIRE PEUR

Quels sont les procédés habituels pour provoquer en toi la peur ? Te fais-tu des images effrayantes ? Te tiens-tu un dialogue interne angoissant ? Imagines-toi, par anticipation, des scénarios catastrophes ? Entretiens-tu une voix intérieure qui te fais douter de toi-même !

AH, SI J’ÉTAIS…!

Pour entretenir les idées peu agréables que nous avons sur nous-même. nous pouvons aussi nous comparer à un modèle qui ne nous correspond pas, à une image idéale et donc par définition inaccessible, qui peut être trop stricte (» je n’ai pas le droit d’hésiter, cela prouverait que je suis égoïste » ) ou complètement utopique ( » je veux aimer tout le monde » ).

La personne qui pense ainsi ne peut que se sentir toujours au dessous de ce qu’elle attend d’elle-même, car ses attentes relèvent de l’illusion sur ses capacités surhumaines, vois inhumaines. Et, quand la réalité s’impose à elle, elle ne peut que mesurer l’écart qui la sépare de l’être mythique qu’elle voudrait être, le Soi Idéal. à partir de cette triste révélation, elle peut arriver à se haïr, à se punir ou à mettre en place des processus d’autodestruction. Une voix intérieure très désobligeante, dévalorisante et parfois cynique ne cesse de harceler avec ses commentaires à propos de ce qu’elle est, n’est pas et devrait être ce qu’elle dit, fait et ressent: véritable autotorture constamment entretenue par son prédateur intérieur, son pire ennemi.

VOS AH, SI J’ÉTAIS…!

Pour celles que cette rubrique concerne, il est intéressant de passer un moment à rechercher les » Ah, si j’étais…! » qui ont pu te gêner à certains moments de ta vie.

  • Quels étaient-ils précisément ?
  • Étaient-ils utopiques ?
  • En avez-vous réalisé certains ?
  • Regrettez-vous les autres ?
  • Qu’auraient-ils changé dans ta vie actuelle ?
  • Que pouvez-vous décider d’en penser aujourd’hui ?

 

« Abhaya » est un mot sanskrit qui signifie « paix, protection, qui dissipe la peur ». Un mudra est un geste symbolique ou rituel qu’on fait le plus souvent avec les mains.

Lorsque l’on médite ou pratiquons le pranayama, avec l’intention d’éloigner la peur, offrir paix, protection et bienveillance. On fait ce mudra en postures assises, en Sukhasana (assis en tailleur), en Virasana (la Posture du Héro), en Padmasana (la Posture du Lotus)… Avec cette même intention, on adopte aussi Abhaya Mudra dans les asana debout, comme en Tadasana (la Posture de la Montagne), ou dans une torsion comme Marichyasana C, ou la variation facile de Marichyasana C.

Utkata Konasana (les jambes fléchies en ouverture), aussi appelée la Posture de la Déesse symbolisant la force et le courage triomphant du Bien sur le Mal.

La pratique du yoga intégré aux techniques de la Pnl et de l`hypnose humaniste permet d’apprendre à accueillir les peurs, gérer les résistances, comprendre l’origine des blocages, gérer les émotions sans toutefois s’identifier à celle-ci, se poser les bonnes questions et dépasser la peur en question pour être soi-même.

Les blocages, souvent fondés sur une peur menacent d’empoisonner notre existence. Parfois paralysants, ils nous empêchent d’agir et entretiennent en nous un sentiment de malaise. Un blocage émotionnel est le plus grand obstacle à l’évolution d’un individu et ce, dans tous les domaines de son existence. Les blocages émotionnels conditionnent nos attitudes, nos actes et nuisent considérablement à notre équilibre.

Nos peurs et notre manque de confiance, peuvent déclencher des blocages dont on aura du mal à se défaire. On se laisse alors aller au défaitisme, au pessimisme, on émet des jugements de plus en plus négatifs sur nous-mêmes, sur les autre, en étant incapable d’avancer comme on le voudrait. Pourtant malgré ce manque évident d’assurance, et d’optimisme sur la vie, on adopte un masque de circonstance, qui ne fait en réalité qu’empirer le problème.

Utiliser son corps comme conducteur à l’intuition, aux prises de décisions pour passer à l’action. Une méthode pour se libérer de ses blocages et résoudre ses conflits internes.

Yoga et les postures (asanas) inversions pour se libérer des blocages

On ne pratique pas les inversions pour la recherche de la performance. On les pratique pour révéler nos nouvelles capacités à nous maintenir en équilibre, pour ressentir les effets bénéfiques sur nos tensions ou notre anxiété, pour trouver d’autres points de repère, et même aussi pour voir le Monde à l’envers.

Plutôt que vouloir réussir pour en mettre plein la vue, cherche plutôt ta souplesse intérieure et met en œuvre tes capacités d’adaptabilité ; ce qui te demandera un certain lâcher prise.

Et si tes capacités physiques t’empêchent de t’inverser, accepte tes limites, mais n’abandonne pas pour autant. Donne-toi du temps et pratique en fonction de tes possibilités et de ce que tu ressens. Entre réalité, peurs et compétition, rentrent dans cette posture.

Apprivoiser le changement

Se mettre la tête à l’envers puis changer de perspective, que ressentons nous? Notre point de vue se retrouve modifié nous pouvons observer nos capacités d’équilibriste, mais aussi à quel point nous sommes liés à nos peurs et nos croyances. Le but du yoga est bien de relier le corps et l’esprit en nous faisant prendre conscience de notre capacité de transformation, d’évolution. Tant que l’on arrive à être dans la compréhension, dans son équilibre et aligné, nous allons dans la « bonne direction ». Il devient intéressant d’observer à quel point notre capacité à trouver notre centre joue un rôle primordial dans cette posture d’équilibre.

Comme dans la vie, la patience est une étape clef dans la pratique de la posture sur la tête. Afin de monter ses pieds vers le haut, il est primordial d’être stabilisé, assuré, ancré dans le sol. C’est la même chose dans notre vie : avant d’aller plus loin dans nos projets, prendre le temps de se poser les bonnes questions : « est ce bien ce que je veux », « est ce que je me sens en sécurité » afin d’avancer ou de lever les pieds dans le ciel.

[action full_width=’yes’ content_in_grid=’yes’ type=’normal’ icon= » icon_size= » icon_color= » custom_icon= » background_color=’#eee1e3′ border_color=’#eee1e3′ show_button=’yes’ button_text=’Je m’inscris !’ button_link=’https://www.omasana.ca/classes-de-yoga-meditation-etirements-en-ligne/’ button_target=’_self’ button_text_color=’#d1d1d1′ button_hover_text_color=’#ffffff’ button_background_color=’#d1d1d1′ button_hover_background_color=’#d1d1d1′ button_border_color=’#ffffff’ button_hover_border_color=’#d1d1d1′]

Abonnez-vous aux classes Om Asana EN LIGNE !

19.99$/mois visionnements illimités

Yoga – PNL – Hypnose

Pour débutants et intermédiaires.

[/action]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier